Becouze vous informe Publié le 6 mars 2024

Prise en compte de l’industrie personnelle d’un époux pour calculer la créance de participation

Des époux, mariés sous le régime de la participation aux acquêts, divorcent. Une difficulté portant sur l’évaluation de l’officine de pharmacie améliorée grâce à l’industrie personnelle de l’épouse propriétaire apparaît lors de la liquidation de la créance de participation.

La cour d’appel considère que la valeur de l’officine de pharmacie est identique dans le patrimoine originaire et dans le patrimoine final. Les plus-values résultant de l’industrie personnelle d’un époux ne doivent pas être prises en compte dans le calcul de la créance de participation, comme dans le régime de communauté où celles-ci ne donnent pas lieu à récompense.

La décision est cassée au visa des articles 1569, 1571 et 1574 du Code civil.

Les biens compris dans le patrimoine originaire comme dans le patrimoine final sont estimés à la date de la liquidation du régime matrimonial :

·       – d’après leur état au jour du mariage ou de l’acquisition pour les biens originaires ;

·       – d’après leur état à la date de la dissolution du régime pour les biens existants à cette date.

Il en résulte que, lorsque l’état d’un bien a été amélioré, fût-ce par l’industrie personnelle d’un époux, il doit être estimé, dans le patrimoine originaire, dans son état initial et, dans le patrimoine final, selon son état à la date de dissolution du régime, en tenant compte des améliorations apportées, la plus-value ainsi mesurée venant accroître les acquêts nets de l’époux propriétaire.

 

Cass. 1e civ. 13‑12‑2023 n° 21‑25.554

© Lefebvre Dalloz